4x100m

Publié le par Lokiane

Je suis dans la peau d’un sportif qui s’entraîne à la course. Je m’entraîne sur une route de forêt en ligne droite.

C’est une course un peu particulière qui se pratique avec un petit appareil que l’on pose au sol et sur lequel on s’appuie tout en courant. Ça donne une position un peu spéciale, bras tendu avec main au sol, dos courbé et jambes tendues qui courent.
Au départ j’utilise du matériel de pro mais je m’entraîne ensuite avec mon propre matériel qui relève du bricolage. En gros ça revient à courir en frottant un morceau de papier de verre devant soi.

Ce deuxième entraînement à lieu sur une route type 2x2, au milieu des voitures. Je vois même un auto-stoppeur et me demande s’il pourrait se tenir en équilibre sur le papier-de-verre-de-course, mais de toute façon je ne fais que m’entraîner sur quelques dizaines de mètres, ça ne l’avancerai pas beaucoup.

J’étudie de plus près mon papier-de-verre-de-course et m’aperçois qu’il est muni d’un compteur : je constate que j’avance à près de 200km/h. Je me demande comment je peux « courir » à cette vitesse puisque le papier-de-verre-de-course n’a pas de propulsion propre.

Mes doutes sur l’utilité de ce papier-de-verre-de-course me pousse à reprendre un entraînement classique. Je retourne alors sur la route de forêt et me met à courir en alternant rythme lent et pointe de vitesse. La vitesse est grisante et le cadre très agréable.

Publié dans Rêve

Commenter cet article