On me tire dessus !

Publié le par Lokiane

Dans ce rêve je suis dans la peau d’une jeune femme, globalement ça pourrait être moi, mais non. Je suis chez moi, c’est un bel appart avec parquet et haut plafond, pas grand mais bien décoré avec une grande baie vitrée dans la pièce principale. Il fait nuit, je suis couchée.

Soudain une balle traverse la pièce : je suis la cible d’un tireur installé dans l’appartement d’en face.

Plusieurs balles sont encore tirées et je pars en rampant vers la salle de bain pour remplir un seau d’eau au cas ou une des balles mettrait le feu.
J’appelle ensuite un ami pour qu’il me rassure et me trouve le numéro du commissariat. Je lui raconte que c’est la 2ème fois qu’on me tire dessus ms la première fois il n’y a eu qu’une balle, pas de gros dégâts et je ne me suis pas sentie visée…
Je viens de raccrocher lorsque les tirs s’arrêtent, et je vois le tireur qui commence à tout ranger et nettoyer pour effacer toute trace de son passage.

Le rêve ce poursuit dans l’appartement d’en face, je m’y trouve avec le tireur que j’aide à tout nettoyer… Nous sommes dans un grand appartement plein de dorures, bibelots etc…) et je remarque qu’il touche un chandelier… je me dis que je pourrai revenir avec des flics pour relever ses empreintes.

A force de ranger comme ça dans la scène suivante c’est devenue une soubrette en tablier…d’ailleurs la femme de ménage (en uniforme elle aussi) attitrée entre dans l pièce et lui demande ce qu’elle fait là : ils n’ont pas besoin d’extras…
Elle nous met dehors et j’espère qu’elle ne va pas nettoyer le chandelier porteur d’empreinte.

Dehors le tireur a repris son apparence initiale. Je suis à la recherche d’une pharmacie, d’une laverie et d’un commissariat et il me sert de guide… enfin pour le commissariat je ne lui ai pas dit…
On traverse un grand centre commercial, mais c’est dans un autre qu’il veut me conduire.
Devant nous je reconnais une femme d’une cinquantaine d’année, qui est la mère d’une amie de ma sœur. Elle est accompagnée d’un jeune homme (beau, musclé, bronzé…). J’explique au tireur que je la connais et que je préfère donc ne pas être repérée : nous serions toutes les 2 gênées de la situation…

Comme je ne vois pas trop comment je vais pouvoir au tireur annoncer diplomatiquement que je cherche un commissariat pour le dénoncer, je lui dis que ce centre commercial me convient très bien, merci, je vais me débrouiller toute seule…

J’ai repéré une laverie de l’autre côté de la rue, j’ai le choix entre passer par l’intérieur du centre commercial ou à l’extérieur. Je choisis l’extérieur et longe la route en direction du passage piéton, ma couette roulée sur les épaules…

Publié dans Rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article