Sauvons nos âmes

Publié le par Lokiane

Un moine reçoit pour mission de s’occuper d’un bébé dont l’âme est vouée à l’enfer.

Chaque soir il descend à la cave du monastère et lutte contre les forces du mal qui veulent prendre l’enfant, et de cette façon il retarde l’échéance. Pendant ce temps la journée il en fait quelqu’un de bien ainsi son âme ne sera pas complètement perdue (mais elle ira en enfer quand même, rien ne peut changer ça).
Je vois comme une projection du future et apparemment ce système fonctionne au moins jusqu'à l’adolescence.

Puis le rêve reprend au moment ou un homme confie le bébé au moine. C’est un personnage sombre, au propre comme au figuré : il est vêtu de noir et à eu le même problème que le bébé, son âme était vouée à l’enfer. Sauf que lui n’a pas eu de moine le protéger…

Après avoir mis le bébé en sécurité le moine rejoint l'homme en noir à la cave et lui décoche un carreau d’arbalète dans la tête. Il sait que l’homme sombre c'est un vampire et que ça ne suffira pas à le tuer définitivement mais comme ça il sera inconscient quand il recevra un pieu dans le cœur.

Juste avant de s’évanouir le vampire lui dit « I was just enough alive for fishing »*
En gros il voulait dire que son âme était tellement perdue dès le départ que, toute sa vie, il n’a fait que se nourrir de ses proies, comme un animal. [en plus la pêche c'est pas très glorieux pour la réputation d'un vampire...]

Le moine est content d’éviter ça au petit.


*Je viens de m'apercevoir que si je n'avais pas rêvé en anglais des derniers mots du vampire ça aurait fait un jeu de mot entre le verbe pêcher et les péchés...  ça aurait pu être : J'étais juste assez vivant pour pêcher... trop évident peut être ?

Pour info le moine est inspiré du personnage d’Umberto Eco, Baudolino, du roman éponyme que je suis en train de lire.

Publié dans Rêve

Commenter cet article