Commerce en tout genre

Publié le par Lokiane

Ce rêve ce passe chez mes grands-parents… Au début je traverse la place qui mène chez eux, mais je progresse lentement car de nombreux stands s’y sont installé, la transformant en une sorte d’hybride, mi-marché mi fête foraine. L’ambiance est colorée et joyeuse et je m’attarde devant quelques stands particulièrement exotiques. Et puis, sur ma droite un stand de gâteaux attire mon attention… ce n’est pas les gâteaux eux même qui m’étonnent mais la vendeuse : c’est pas très fair-play mais j’avoue que je ricane doucement en découvrant la vendeuse … car c’est bien Daniel Evenou qui est en train de me vanter ses pépitos en gros…

Il faut croire que je n’avais pas faim pour louper une occasion pareille mais je poursuis mon chemin.

Je retrouve une partie de ma famille dans le salon de mes grands-parents. Ils sont en train de parler d’un voyage en avion que nous avons prévu de faire tous ensemble. Je ne me souviens plus de quel voyage il s’agit ni pourquoi je décide soudainement que finalement je n’ai plus aussi envie de les accompagner mais je leur fait par de mon hésitation à annuler mon billet et la conversation dérive sur les conditions de remboursement.

Ils m’expliquent que mon billet est échangeable et remboursable mais qu’il faut faire très attention à la date car il y a une condition-piège : parfois on ne peut pas se faire rembourser après le décollage de l’avion, on doit même payer !

Concrètement on se présente à l’agence, on demande à être remboursé et là le guichetier nous demande de mettre notre carte bleue dans la machine pour retrouver plus rapidement notre dossier. Il nous explique qu’il va calculer le montant du remboursement à partir du dossier. Sauf que c’est le client qui doit de l’argent au final… et comme sa carte est dans la machine, l’agence n’a plus qu’à se servir !

Je me demande alors quel est l’intérêt pour un client de retourner à l’agence pour payer en plus… Puis je me dis que le fait de payer ce billet aller donne peut être le droit de se faire rembourser intégralement le billet retour… Par exemple si j’achète 2 billets a 2000 euros, je paye 1000 lorsque je veux me faire rembourser l’aller après décollage mais après je peux me faire rembourser les 2000 euros du retour… ça reste une arnaque, on est d’accord, mais c’est (un peu) plus logique…

Pendant que je me faisais ces réflexions mon voisin à rejoint la conversation (mais comment mon voisin de Seine-Saint-Denis à t-il bien pu débarquer chez mes grands-parents de Picardie ?!?).

Il nous raconte que notre conversation lui rappelle une anecdote (lui raconte mais moi je la vois en rêve): Un an après l’achat de son PC un message est apparu : « licence du logiciel à renouveler ». Comme il ne connaît rien en informatique il a fait venir un réparateur du service après vente à domicile (et là on a la preuve qu’on est bien dans un rêve !) qui lui explique que c’était une version démo et qu’il faut maintenant payer s’il veut continuer à l’utiliser… (Tiens, c’est plus réaliste ça ^_^)

N’ayant rien à perdre, mon voisin tente alors de l’amadouer : il lui explique que ce n’est pas normal, qu’on ne l’avait pas prévenu que c’était une démo, qu’il ne paiera pas plus pour un truc qu’il pensait avoir déjà payé et que en plus il a mis tous ses fichiers dedans et que c’est indispensable pour son travail…

Le vendeur lui fait alors un sourire complice et lui répond qu’il va arranger ça, et gratuitement.

On arrive maintenant à la partie la plus bizarre du rêve : Tout en essayant de convaincre le type du service après-vente mon voisin c’est approché de son lit et à repoussé la couverture pour lui montrer le logiciel en question… alors là je m’explique : il n’y a pas de boîte ou de cd du logiciel posé sur le lit, le lit EST l’ordinateur et le logiciel FAIT PARTI du lit.

Le vendeur s’approche donc du lit, sort un tournevis de sa boîte à outils et se dirige vers les pieds du lit… et je me réveille…

Zut, je ne saurais jamais comment upgrader mon lit avec un tournevis…

Publié dans Rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article